Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 11:04

maison41.jpg

 

              Je regarde une rose et je suis apaisé.


                                                                             Victor Hugo

 

 

Repost 0
Published by Pat - dans poésies
commenter cet article
9 juin 2008 1 09 /06 /juin /2008 00:55


 
... la vie c'est un livre qu'on aime, c'est un enfant qui joue à vos pieds, un outil qu'on tient bien dans sa main, un banc pour se reposer le soir devant sa maison."
Jean Anouilh 
                                 


                                       





                               et doux moments de bonheur


Le petit garçon avait dessiné une maison ;

la première partie, faite au printemps, en était très bleue avec un nuage bien blanc ;

la seconde, dessinée en été, éclatait de soleil ;

la troisième, conçue en automne, était couverte de feuilles d'arbre mortes ; et la dernière partie était tout enneigée.

 
Le petit garçon, dans son tableau, avait aussi collé du jour, de la nuit noire ou étoilée, des semailles et des moissons.

Il y avait également une mère, un père, des enfants, un chien et des oiseaux.

Enfin, il avait ajouté du bonheur et des larmes.


Jean Rivet





Repost 0
Published by Pat - dans poésies
commenter cet article
6 mai 2008 2 06 /05 /mai /2008 07:17




                                  
Repost 0
Published by Pat - dans poésies
commenter cet article
8 novembre 2007 4 08 /11 /novembre /2007 00:56


                                                           Aujourdhui 27 ans de Mariage copie-1-ycoeur43.gif




104648-KBSN34E2JU515S5YTGMPLMTVNU55GV-85116-xfjbpk5klzsv3bqzd6iunqlhgqlog5-rosealliance-h20460-H152407-L.jpg




                         Le cadeau des cadeaux, c'est l'amour. Tout le reste :                         

                         l'argent, la gloire.... ne sont que des lots de consolation.


                                                                            
                                                                                                                          
Repost 0
Published by Pat - dans poésies
commenter cet article
7 novembre 2007 3 07 /11 /novembre /2007 00:19
  

theiere-citrouille-2-1.jpg


                               Voici que la saison décline,

                                                 L'ombre grandit, l'azur décroît,

                                                 Le vent fraîchit sur la colline,

                                                 L'oiseau frissonne, l'herbe a froid.

 

                                                 Août contre septembre lutte ;

                                                 L'océan n'a plus d'alcyon ;

                                                 Chaque jour perd une minute,

                                                 Chaque aurore pleure un rayon.

 

                                                 La mouche, comme prise au piège,

                                                 Est immobile à mon plafond ;

                                                 Et comme un blanc flocon de neige,

                                                 Petit à petit, l'été fond.

     
                                                 Victor Hugo





copie-1-picserve.gif










                                        
Repost 0
Published by Pat - dans poésies
commenter cet article
11 octobre 2007 4 11 /10 /octobre /2007 00:35


acorn-clipal.gif



La feuille d'automne emportée par le vent
En ronde monotone tombe en tourbillonnant

Nuage dans le ciel, s'étire, s'étire
Nuage dans le ciel, s'étire comme une aile

La feuille d'automne emportée par le vent
En ronde monotone tombe en tourbillonnant

Châtaignes dans les bois, se fendent, se fendent
Châtaignes dans les bois, se fendent sous nos pas

La feuille d'automne emportée par le vent
En ronde monotone tombe en tourbillonnant

Et ce chant dans mon coeur, murmure, murmure
Et ce chant dans mon coeur, murmure le bonheur

La feuille d'automne emportée par le vent
En ronde monotone tombe en tourbillonnant

La feuille d'automne emportée par le vent
En ronde monotone tombe en tourbillonnant
Repost 0
Published by Pat - dans poésies
commenter cet article
7 août 2007 2 07 /08 /août /2007 00:53







                                                  
Coeur rond désordonné
                                                   Elle s'étire dans le matin
                                                   Coeur tendre ébouriffé
                                                   Pour embaumer les jours chagrins

                                                   Grande fleur sans lendemain
                                                   Elle se brule dans le jour
                                                   Odorante et dansante
                                                   Etonnement vivante

                                                   Lourde de rosée
                                                   Belle rose d'amour
                                                   Elle se donne beauté
                                                   Dans la clarté du jour


                                                                                             Mozande
                                                                                             Pivoine
Repost 0
Published by Patricia - dans poésies
commenter cet article
20 juillet 2007 5 20 /07 /juillet /2007 16:59
                                                                  



                                                               Le goûter

                                                  On a dressé la table ronde
                                                  Sous la fraîcheur du cerisier.
                                                  Le miel fait les tartines blondes,
                                                  Un peu de ciel pleut dans le thé.

                                                  On oublie de chasser les guêpes
                                                  Tant on a le coeur généreux.
                                                  Les petits pains ont l'air de cèpes
                                                  Egarés sur la nappe bleue.

                                                  Dans l'or fondant des primevères,
                                                  Le vent joue avec un chevreau ;
                                                  Et le jour passe sous les saules,

                                                  Grave et lent comme une fermière
                                                  Qui porterait, sur son épaule,
                                                  Sa cruche pleine de lumière.


                                                                Maurice Carême



Repost 0
Published by Patricia - dans poésies
commenter cet article
8 juin 2007 5 08 /06 /juin /2007 00:27





                                                            Soir d'Eté

                                                Si vous tendez un peu l'oreille
                                                Quand le soleil
                                                A fait flamboyer le jardin
                                                Et que son dernier rayon dore
                                                Encore
                                                Au seuil du soir,
                                                Votre arrosoir.
                                                Ecoutez bien :

                                                Vous entendrez tout doux, tout doux,
                                                Dans tous les coins
                                               Ivres d'odeurs,
                                                                                                                                                                                                                                     Vous entendrez, à petits coups,
                                               Dans tous les coins, boire les fleurs.

                                                           Maurice Carème



Repost 0
Published by Patricia - dans poésies
commenter cet article
24 janvier 2007 3 24 /01 /janvier /2007 00:08
                                              



                                       Le soir au coin du feu, j'ai pensé bien des fois
                             A la mort d'un oiseau, quelque part dans les bois.

                             Pendant les tristes jours de l'hiver monotone,
                             Les pauvres nids déserts, les nids qu'on abandonne,

                             Se balancent au vent sur le ciel gris de fer.
                             Oh comme les oiseaux doivent mourir l'hiver !

                             Pourtant lorsque reviendra le temps des violettes,
                             Nous ne trouverons pas leurs délicats squelettes.

                             Dans le gazon d'Avril où nous iront courir.
                             Est-ce que les oiseaux se cachent, pour mourir ?


                                                                   François Coppée (1842-1908)

                                                                                              




                                               
Repost 0
Published by Patricia - dans poésies
commenter cet article